Archives pour l'étiquette internet des objets

La Grande transformation, les plateformes et les objets connectés

L’évolution du numérique pousse vers plus de connexion d’objets, et l’on parle d’ailleurs à ce propos « d’objets connectés ». Mais dans  la situation actuelle,  ces objets sont reliés, via Internet, à des « plateformes », qui intègrent leurs données envoyées et proposent en retour des services s’appuyant sur cette intégration. Comme le réseau de communication entre ces plateformes et ces objets est l’Internet, on évoque « l’Internet des objets ».

A l’origine les objets connectés étaient simplement des ordinateurs, dont les données étaient essentiellement « abstraites ». La mise en place de réseaux d’ordinateurs a ainsi été le grand défi de l’informatique et des télécommunications dans les années 1970-180. Avec le protocole TCP/IP créé en 1983, Internet a fini par s’imposer comme le réseau universel de connexion d’ordinateurs. Toute une série d’applications et de services a pu ainsi se mettre en place, dans la frénésie de la bulle Internet (1996-2001). Après son dégonflement l’innovation a malgré tout continué de suivre le progrès technique permanent dans les semi-conducteurs, d’autant que les réseaux de communications ont connu à leur tour une véritable mutation : déploiement des réseaux de mobiles et accès de ces réseaux à Internet (technologie dite « 3G », qui a décollé dans le milieu de la décennie des années 2000, diffusion de la technologie ADSL au sein des réseaux fixes qui a permis un accès confortable des ménages à Internet ). Le commerce électronique, les moteurs de recherche, les portails, la voix sur IP et maintenant la distribution de programmes audiovisuels sont quelques illustrations de ces évolutions.

Mais le développement des technologies sans fil, la miniaturisation des composants électroniques et la traduction de signaux de toute sorte en fichiers numériques (« numérisation ») a conduit les « objets connectés »  à se multiplier, pour transmettre aux « plateformes » la traduction numérique de quasiment tout phénomène physique, biologique ou abstrait, émanant de toute sorte d’objets, macroscopique ou microscopique, fixe ou mobile. La Grande transformation, c’est ce basculement de toutes les activités matérielles vers la numérisation, où celle-ci a pour vocation, en se greffant sur les objets, de coordonner  les activités matérielles pour en assurer une exécution améliorée, voire profondément bouleversée.

Ainsi sont en train de se mettre en place ce que Kim Clark (1985) appelle des innovations architecturales, où les prestations matérielles se trouvent profondément transformées par une articulation complètement nouvelle de leur fourniture. Donnons quelques exemples :

  • Dans le domaine du transport, un service de covoiturage comme celui de Blablacar est la transformation profonde d’une activité auparavant marginale, l’autostop. Il menace directement les entreprises de transport en commun (cars routiers ou trains, voire transport aérien) de la même façon qu’au moment de la bulle Internet, les sites de vente en ligne  de billets et séjours touristiques ont menacé les agences de voyages, et les sites de téléchargement de musique (légaux ou illégaux) ont menacé la distribution de CD.
  • Toujours dans le domaine du transport, l’opérateur Uber, qui propose lui aussi la formule de covoiturage mais en ville, s’appuie sur la possession de téléphones mobiles et la disponibilité  de places en voiture, pour organiser ce covoiturage urbain. Il menace directement un pan de l’activité des chauffeurs de taxi, voire les transports en commun.
  • Dans le bâtiment, les nécessités créées par la construction ou la rénovation de « bâtiments intelligents » c’est-à-dire économes en énergie et respectueux de l’environnement, imposent de concevoir l’architecture de ces bâtiments en fonction de réseaux « domotiques » qui fournissent des services de gestion des infrastructures pour mieux réguler la consommation d’énergie et d’eau, piloter les produits « blancs »(électroménager) et « bruns » (matériel audiovisuel, informatique) ainsi que toutes les infrastructures  (volets, sanitaires, salle de bain…) que contient le bâtiment en question.
  • Dans le domaine médical, les systèmes de prothèse ou de correction (lunettes), se voient dotés de capacités de communication qui en font des « objets intelligents ». L’apparition des lunettes Google et de la montre Apple, marques globales s’il en est, montre que ces évolutions ne sont plus de l’ordre de la Science-fiction, voire du développement de prototypes, mais ont atteint un niveau de diffusion désormais grand public.
  • Les vêtements à leur tour deviennent « intelligents », incorporant des capteurs entre leurs fibres, pour des usages thérapeutiques ou de confort.

Ainsi se mettent en place des systèmes articulés, des écosystèmes diraient certains, où des plateformes centrales ou périphériques (certains objets connectés, à l’instar du smartphone, sont de véritables plateformes) relient, coordonnent et opèrent des ensembles d’objets,  en une architecture de services disponibles pour toute catégorie d’utilisateurs : individus et organisations, voire d’autres plateformes.

Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) sont les archétypes d’entreprises proposant des plateformes globales, conçues pour accumuler toutes les données afin de fournir tous les services que la numérisation peut proposer. Leur activité reste largement confinée, pour l’instant, dans le maniement des données « abstraites », peu ou pas reliées à des activités matérielles. Mais dans la dynamique d’expansion qui est la leur, ces plateformes globales ont vocation à pénétrer le champ de ces activités comme le démontrent les « Google glasses », la « Google car » et l’ « Apple Watch » évoquées plus haut.

Ces mutations sont donc les témoignages de l’apparition de grappes d’innovation s’appuyant sur les réseaux, l’information stockée dans les serveurs (le « cloud ») et les capteurs matériels de données. Ces innovations sont architecturales mais pas « de rupture » (Clark, 1985), au sens où elles transforment en profondeur les activités précédentes, même si elles n’utilisent pas forcément, pour ce faire, des composants nouveaux. Cela n’enlève rien à leur potentiel.  Après tout c’est comme cela que l’I-phone s’est imposé, en intégrant une série de fonctionnalités nouvelles qui existaient auparavant sur le marché  indépendamment les unes des autres. On appelle ce genre de percée, un « dominant design », un modèle dominant (Abernathy et Utterback, 1978).

Pour qu’une innovation, architecturale ou de rupture, puisse s’imposer, il faut combiner d’une part une compréhension des besoins (latents, donc pas exprimés) que le consommateur ressent, et c’est le propre du marketing. Il faut dans le même temps offrir une solution (technique, s’agissant de produits «high tech ») qui satisfasse ce besoin, donc résoudre pas à pas des difficultés techniques. En règle générale il est assez difficile de coupler la mise au point technique de la solution et la révélation du besoin (latent), malgré ce qu’en dit Clark (1985). Si ce couplage était si aisé, on ne comprendrait pas pourquoi celui qui arrive le premier sur le marché (l’innovateur) n’est pas toujours celui qui rafle la mise, le leader (Teece, 1987). Les cadavres d’innovateurs ayant raté leur marché jonchent en effet  le long parcours du progrès technique.

Dans le cas de la « grande transformation », les innovations et les  mutations sectorielles que vont induire les plateformes et les objets connectés ne seront pas forcément  produites par les GAFAM, malgré leurs avantages indéniables : savoir-faire en manipulation de données,  présence globale, capacité à entretenir des relations privilégiées avec les individus, à les connaître grâce à leurs « traces » numériques. En effet, beaucoup d’applications potentielles sont pour l’instant des marchés de niche qui n’intéressent pas forcément des opérateurs globaux (cas du covoiturage), ou bien sont des activités réglementées où l’entrée d’un opérateur intermédiaire n’est pas forcément facilement autorisée (cas des plateformes de consultation médicale à distance par exemple).  Cela laisse donc des marges de manœuvre à des actions plus locales, soit par des acteurs de la profession capables de se coordonner pour proposer des services en ligne innovants sans toutefois devenir des cartels, soit pour des startups ou PME qui « flairent » les opportunités en raison de leur connaissance du marché local, de leur capacité à réunir rapidement des compétences nécessaires à la mise au point de ces plateformes et services innovants.

Un autre point mérite d’être souligné. La mise en place de ces services « matériels » (ou plutôt facilitant les activités matérielles) en s’appuyant sur des capteurs et des plateformes, permet de surmonter l’obstacle majeur qu’Internet fait peser sur la structure industrielle du numérique : L’indépendance du monde des infrastructures, domaine des opérateurs, de celui des services (logiciels), en raison du protocole IP. Cette indépendance a consacré la domination de « l’infomédiation » (les logiciels et des GAFAM) sur les opérateurs de réseau, confinant ces derniers à un rôle de simple sous-traitant. Avec l’Internet des objets, ils ont au contraire la possibilité de reprendre la main à condition d’étendre leur activité au monde des capteurs. Cela passe par des alliances avec des constructeurs de solution, par la mise en place de plateformes et par un rôle de coordination entre tous les acteurs (industriels, sociétés de service, instances de régulation et métiers utilisateurs). Il n’est pas sûr qu’ils aient pris conscience de ces opportunités. Ils ont du mal à s’approprier des « contenus »,  surtout lorsque ceux-ci correspondent à du savoir-faire spécifique d’une profession. Ils ont également drastiquement réduit leur potentiel de recherche, affaiblissant ainsi leur capacité à résoudre des problèmes techniques.

Un atout sur lequel les opérateurs devraient s’appuyer, c’est leur capacité à mettre en œuvre des standards, sans forcément chercher à s’accaparer les fruits de la standardisation par des brevets.  Ces innovations architecturales en effet sont le siège d’importants effets de réseau locaux, puisqu’il s’agit de coordonner des métiers. Or le risque est d’enfermer la profession dans des standards propriétaires, ou même collectifs mais décidés par la profession, les rendant inaptes à l’interopération avec ceux d’une autre profession. Comme la contrainte technique sur les capteurs

Quoi qu’il en soit, l’Europe cherche une « renaissance industrielle ». Dans le monde du numérique, il existe une voie pour cette renaissance, pas forcément grande créatrice d’emplois directs, mais en tout cas potentiellement pourvoyeuse d’innovations, de brevets et d’activité. En outre les utilisateurs de ces nouveaux services verront à terme leur productivité s’améliorer, et donc leurs marges se restaurer. Ils pourront envisager d’investir et d’embaucher. Bref c’est la croissance économique que la diffusion du numérique dans les activités matérielles va permettre. Un formidable enjeu dont il n’est pas sûr que l’Europe ait pleinement conscience, malgré son agenda H2020 qui cible spécifiquement des actions dans le domaine applicatif.

 Bibliographie :

Clark, K. B. (1985). The interaction of design hierarchies and market concepts in technological evolution. Research policy14(5), 235-251.

Abernathy, W. J., & Utterback, J. M. (1978). Patterns of industrial innovation.Journal Title: Technology review. Ariel64, 254-228.

Teece, D. J. (1986). Profiting from technological innovation: Implications for integration, collaboration, licensing and public policy. Research policy, 15(6), 285-305.