Archives pour l'étiquette bitcoin

Bitcoin ou le rêve libertarien d’un monde sans institution

Les « bitcoins »,  cette « monnaie électronique », officiellement interdite en Chine mais que Monoprix serait « prêt à accepter » avant la fin de l’année 2014,   a reçu récemment un beau coup de projecteur. On ne sait pas trop si c’est un gros « buzz » et si cette « monnaie sans banque » a un réel avenir. On peut penser que tout cela traduit surtout le profond ressentiment que beaucoup éprouvent  à l’égard du système financier et de ses instances de régulation, fauteurs de la plus grande crise économique que l’on ait connue depuis 50 ans, notamment en Europe : Si seulement on pouvait se passer d’un tel système!

Mais au-delà de ces incantations, l’avenir réel des «bitcoins » n’a peut être pas une grande importance, au moins à court terme. Car il s’agit surtout d’une très ingénieuse innovation à la fois technique et sociale, qui pourrait faire des émules dans bien d’autres domaines. Elle nous intéresse car elle met bien en évidence les multiples possibilités d’articulation entre l’économie du partage et l’économie des transactions. Pour le comprendre il faut malheureusement entrer dans le fonctionnement du système « bitcoin » lui-même, ce qui n’est si facile. Il y a de très bonnes références sur le net ici ou .

Comment ça marche ?

Le « protocole bitcoin » est un système « pair à pair », qui revient aux fondamentaux de l’internet, et qui tourne le dos au concept de « plateforme » devenu omniprésent dans l’Internet d’aujourd’hui. Concrètement quand, disons, SD veut transférer 10 de ses bitcoins à GDN il faut, pour que la transaction soit valide, que tous les ordinateurs connectés au système bitcoin soient au courant et qu’ils l’aient en quelque sorte validée. Bien entendu,  ils ne savent pas qui sont SD et GDN, dont les adresses ont été cryptées. Mais pourquoi tous les ordinateurs du système doivent-ils être informés ? L’absence de plateforme centrale (l’ordinateur de la banque) rend nécessaire la décentralisation complète de l’information auprès de tous les participants.

Mais peut-on faire confiance à SD ? il faut notamment que ce chenapan potentiel ne réutilise pas les mêmes bitcoins qu’il a transférés à GDN pour payer FM, durant le laps de temps pendant lequel la première transaction (avec GDN) se dénoue : si celui-ci doit, par exemple, faire livrer un colis par la poste en contrepartie, il peut s’écouler « un certain temps » comme disait Fernand Raynaud, pour que l’affaire soit soldée. Entretemps, avec la vitesse « de la lumière » à laquelle circule l’information sur le Net et la rapidité légendaire de SD qui tel Lucky Luke,  « transacte » plus vite que son ombre, la multiplication d’opérations frauduleuses pourrait submerger le Net.

Mr Nakamoto, le mystérieux créateur de Bitcoin, a imaginé un mécanisme « diabolique » pour déjouer les turpitudes de tous les SD de l’Internet. D’abord chaque bitcoin est individualisé par l’historique de toutes les transactions dans lesquelles il est intervenu : cela correspond au numéro de série d’un billet de banque, mais aussi à un extrait d’un livre de comptes chaque fois que ce bitcoin est apparu dans une transaction. Ensuite, tel le Sphinx égyptien, le système Bitcoin, pose une énigme mathématique nouvelle dès qu’il diffuse une transaction à valider à tous les ordinateurs du réseau, par exemple celle impliquant SD et GDN.  Tous les ordinateurs du Net qui le souhaitent (on les appelle des miners car littéralement ils fouillent dans leur mémoire et leur processeur pour trouver la solution) cherchent à résoudre ces énigmes, car cela leur rapporte des bitcoins nouveaux, créés par le système pour l’occasion. En moyenne la solution est trouvée en 10 minutes. L’heureux vainqueur devient le garant de la transaction par exemple entre SD et GDN, sans que cela l’engage en quoi que ce soit. Il inclut cette transaction qu’il a dûment validée dans une « chaine » de transactions valides, et la fait parvenir à tous les autres ordinateurs du réseau. Une chaine est donc un ensemble de transactions en cours de validation.

On trouve sur cette page une description précise du déroulement d’une transaction

Mais si SD dispose d’un ordinateur très puissant il pourrait, lui, résoudre l’énigme liée à sa transaction  avec FM, avant que les autres ne trouvent la solution à l’énigme liée à celle avec GDN : il bénéficierait de la livraison de GDN  tout en réclamant son dû à FM. Pour éviter cela, les ordinateurs du système contrôlés par un seul miner, ne doivent pas dépasser 50% de la capacité informatique totale. Ainsi la probabilité que SD soit plus rapide que les autres et puisse frauder, devient très faible.

Mr Nakamoto a même prévu le cas de situation d’ « ex aequo », par exemple si une partie du  Net tombe en panne  ou en cas de congestion trop importantes, ce qui pourrait permettre à certains de tricher. Les ordinateurs verraient arriver au moment de la remise en service, plusieurs chaines de validation où interviennent les mêmes bitcoins.  Par défaut le système prévoit que la chaine considérée comme prééminente est la plus longue, celle qui contient le plus de transactions en cours de validation. Car on peut supposer qu’elle provient de plusieurs sources non coordonnées, alors qu’une chaine plus courte proviendra plus vraisemblablement d’une même source (supposée frauduleuse).

 Une histoire de confiance

Le système bitcoin est intéressant car c’est un système créateur de confiance, puisque dans la monnaie c’est d’abord et avant tout de cela dont il s’agit. Or la confiance est provoquée non par une garantie donnée par un « puissant » (un Etat, ou au Moyen Age un banquier qui possède beaucoup d’or), ni par une empathie entre deux ou plusieurs êtres humains, mais bien par un « code » informatique au sens de Lessig, Rappelons que la confiance collective est un bien public, soumis au paradoxe d’Olson et de manière plus large à tous les procédés de trahison de confiance. Pour ceux intéressés par l’analyse de la confiance, nous ne saurions trop recommander deux livres qui figurent dans la bibliographie du « Numérique », celui de Tarik Tazdait et celui de Paul Seabright.

Le système bitcoin est parfaitement décentralisé et pourtant la subtilité du code permet d’éviter le paradoxe d’Olson. Grâce à la technologie, un sentiment (la confiance) peut naitre au sein d’une communauté très large d’êtres humains qui ne se connaissent pas et qui pourtant se coordonnent alors de façon efficace. Clairement le système Bitcoin est dans l’esprit « libertarien » de l’Internet vu comme « un monde à part », où les institutions sont censées ne pas entrer. En ce sens il maintient vivant l’esprit originel de l’Internet, et s’oppose à la prise de contrôle des GAFAM, de l’Etat Américain ou d’autres Etats plus autoritaires.

Cependant le système Bitcoin ne fonctionne de façon réellement décentralisée qu’en interne. Dès qu’il s’agit de transformer vos bitcoins en euros ou dollars ou tout autre monnaie, ou à l’inverse de rentrer dans le système Bitcoin en cherchant à en acquérir contre vos propres devises, il faut passer par des « plateformes », des agents de change électroniques en quelque sorte, où sont affichés les cours du bitcoin en diverses monnaies. Or ce cours est très volatile comme en témoigne ce second graphique extrait du site www.lafinancepourtous.com.

Prix-du-Bitcoin_large

De plus, la plus importante de ces plateformes, MT.Gox, sise au Japon, a fait l’objet d’une attaque de hackers qui l’a dévalisée et elle a dû déposer son bilan début 2014. Ainsi malgré tous ses avantages supposés (anonymat, transparence, élimination des frais bancaires…) le système Bitcoin a encore, pour paraphraser un de nos anciens premiers ministres, une pente raide à gravir, même si la route est droite. Il est bien possible que ce ne soit pas un bon grimpeur.

Protocole versus institution

Mais devenir, à l’instar du dollar une monnaie universelle « as good as gold », n’est peut être pas si important pour le système Bitcoin. Plus significatif est son caractère innovant du point de vue social. Le Bitcoin en effet a fait, comme beaucoup de commentateurs l’ont souligné, une « preuve de concept » montrant que l’on pouvait créer sur une base purement technique (un protocole) et non pas institutionnelle, un mécanisme de confiance entre des individus qui ne se connaissent pas. Seul jusqu’à présent le « marché » tel que l’a conceptualisé Adam Smith, avait réussi cette prouesse. Mais pour qu’il puisse fonctionner, le « marché » a besoin d’institutions qui garantissent l’exécution des contrats, qui arbitrent en cas de litiges, qui puissent recourir à la force pour contraindre une partie qui fait défaut, etc. Et pour que ces institutions puissent elles même fonctionner de façon efficace et correcte, il faut qu’elles soient contrôlées par la société, grâce à des procédures démocratiques. Car sinon elles peuvent engendrer de la corruption, de l’insécurité entrepreneuriale, une croissance moindre, des inégalités insupportables, sources de tensions sociales (c’est bien ce qui s’est passé en Europe à la fin du XIXème siècle).

Cette innovation sociale majeure que fut l’économie de marché a permis – grâce au progrès technique- l’essor de l’espèce humaine sur les 300 dernières années. Le système financier qui est au cœur de l’économie de marché, s’appuie lui-même sur des institutions fortement contrôlées, banques, banques centrales, FMI : si le contrôle s’exerce mal s’ensuit inévitablement une crise avec des conséquences dramatiques, comme celle de 2007-2008.

Or Bitcoin montre que l’on pourrait, en théorie, se passer des institutions tout en reproduisant l’efficacité même de l’économie de marché où les agents se font confiance sans se connaître (Seabright). Pour cela il « suffit » de développer la technologie et les protocoles adéquats. L’essence même de l’architecture du Net, le fonctionnement en  « pair à pair », ou si l’on veut le contrôle par les extrémités comme nous l’avons nommé dans le livre, autorise les interactions   décentralisées, sans intermédiaire et anonymes. Mais l’originalité du système Bitcoin est que par un simple artefact technique, il engendre la confiance, évite les comportements de passager clandestin, d’opportunisme au sens de Williamson, de fraude. Même s’il n’est pas parfait, la marge d’erreur n’est pas plus grande que celle que l’on trouve dans le monde réel où prédominent les institutions.

Bitcoin réalise ainsi le rêve libertarien d’une société sans institution, mais aussi sans lien social.  Il n’est pas sûr que ce soit un progrès. Mais le fait que ce soit techniquement réalisable invite quand même à réfléchir.