google espionnage sauvegarde données personnelles

Enceintes connectées : Allo Google ? Ici Alexa

Si vous êtes sujet à la paranoïa et que l’idée qu’on vous espionne vous effraie, ne poursuivez pas la lecture de cet article.

Enceintes connectées sécurité données personnelles

Assistances vocales : source d’informations pour nous ou sur nous ?

Vous trouvez l’idée d’avoir un assistant vocal chez vous attrayante ? Pour écouter votre musique ou poser toutes sortes de questions qui vous passent par la tête la journée. Véritable source d’informations pour vous, ces appareils le sont également pour leurs constructeurs.

Installées au plus près de nous, dans nos foyers, ces nouvelles enceintes connectées capturent tous nos instants et notre intimité par la même occasion. Ces appareils à l’ouïe si fine peuvent effectivement donner l’impression d’être écouté et d’avoir une présence à nos côtés. 
Bien sûr, nous savons que nos requêtes vocales réalisées sont stockées sur les serveurs d’Amazon et Google. Se pose alors la question de l’utilisation de nos données personnelles ? Même si les 2 gérants affirment uniquement conserver les requêtes effectuées après le mot d’activation, ils restent cependant à notre écoute à longueur de journée.

Et outre le fait que les géants Google et Amazon ont accès à nos habitudes, à nos goûts, à nos centres d’intérêt et à tous nos moments de connexions, de nombreux scandales concernant la protection des données ont également fait parler d’eux. 
Commençons par le chanceux client qui s’est vu recevoir les enregistrements d’un parfait inconnu. En demandant l’obtention des données récoltées sur lui, l’homme s’est donc retrouvé avec les informations personnelles d’une autre personne.
D’autres  utilisateurs ont quant à eux, constatés que leur conversation privée avait été envoyée à un de leur contact. La raison, une mauvaise compréhension des commandes vocales d’Alexa.

Ces témoignages renvoient donc la notion de confidentialités et de confiance au second rang. Même si tous ces cas, restent certes anecdotiques, ils ravivent à chaque fois le débat sur la sauvegarde et la protection des données personnelles récoltées. 
Mais ce n’est pas tout, il existe également des risques important de piratages sur ces machines…

Piratage de l’Amazon Echo : le meilleur des espions

En effet, certaines versions des enceintes connectées d’Amazon Echo présentaient une faille les rendant facilement piratables. C’est Mark Barnes, chercheur en cybersécurité qui en a fait la découverte : l’enceinte piratée permet d’enregistrer tous les sons captés par l’appareil et ce, en permanence.
Ce sont les versions 2015 et 2016 qui sont concernaient par ce problème, les transformant en parfait dispositif d’espionnage. Pour effectuer le piratage rien de plus simple, il suffit d’avoir accès au bas de l’enceinte, pour ensuite détourner les connexions à l’aide d’une carte SD et d’un logiciel.

Une fois hackée, aucun moyen ne permet d’arrêter l’écoute malveillante, seule la désactivation de l’Amazon Echo permet d’y mettre un terme. Cette défaillance a toutefois été corrigée sur les nouvelles versions d’enceintes. Ne laissant ainsi que 7 millions d’appareils susceptibles d’être piratés dans nos foyers. Bien qu’un accès direct et une certaine maîtrise en informatique soit requis pour réaliser l’opération, la possibilité qu’un logiciel pré-installé soit vendu au marché noir n’est pas écartable. De même, le simple fait d’exposer l’Amazon Echo dans des lieux de passage, rendrait l’action possible.

Nos téléphones nous écoutent-ils ?

Et si le fait que nos enceintes connectées puissent nous écouter vous inquiètes, qu’en est-il de vos téléphones ? En effet, à la question “Nos téléphones nous écoutent-ils ?” Nous serions également tentés d’y répondre “OUI”. 

Facebook publicité écoute
Les annonces publicitaires sur Facebook sont-ils le fruit d’une écoute attentive ?

En théorie, nos smartphones nous enregistrent uniquement à la suite d’un mot déclencheur, au même titre que les enceintes. Néanmoins, vos applications, dès lors, qu’elles sont installées sur votre téléphone sont susceptibles d’accéder à ces informations. 
En effet, légalement, les détenteurs des applications mobiles ont le droit d’utiliser le micro de manière occasionnelle. Ce sont donc eux qui choisissent d’en faire usage ou non. 

Prenons l’exemple de Facebook, l’application pourrait renseigner ces propres mots déclencheurs afin de récupérer des informations sur tel sujet ou telle marque. Une simple conversation entre amis suffirait donc à faire apparaître des publicités sur votre fil d’actualité.

Malgré le fait que Facebook nie d’une voix unanime, cette technologie est dorénavant possible. Les avantages marketing pour les marques sont immenses. Imaginez, à peine un internaute parle d’une des ses envies et les marques seraient capables d’y répondre positivement et instantanément. Le consommateur s’en trouve ainsi plus réceptif et dans une situation propice à l’achat.

De nombreux internautes ont mené l’expérience en parlant de sujets précis et devinez quoi ?
À peine quelques jours après ils ont vu leur fil d’actualité modifié. De mystérieuses publications en lien avec des voyages en safari en Afrique ou des espaces de stockages en ligne sont apparues selon les tests effectués. 

Même si les conclusions de ces expériences ne peuvent servir réellement de preuves, le doute est permis. Après tout, il s’agit peut-être de l’étape suivante après les annonces publicitaires faites à partir de nos recherches internet…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *