Tous les articles par Leslie Vallet

Ça match mieux que sur Tinder

Les réseaux sociaux dominent presque le monde, plus que présents aujourd’hui dans notre quotidien. Selon l’IDJ, les utilisateurs passent plus de 6h à les consulter. Alors avec 4 milliards de connectés, nous arrivons à un milliard d’années passées sur les réseaux en 2018 !

Pourquoi un tel engouement ? Parce qu’ils permettent de se divertir, de communiquer, de partager et de créer du contenu. Notamment sur Instagram, réseau social du beau et de l’esthétique, les photos sont toutes plus belles les unes que les autres pour une course folle aux likes et aux followers. Rappelons tout de même que à l’origine, les réseaux sociaux étaient le rendez-vous des passionnés d’un même domaine. Mais aujourd’hui, c’est différent, les réseaux sociaux et notamment Instagram sont devenus le lieu de rencontre entre les marques et les utilisateurs devenus des « influenceurs ». Vous ne voyez pas ce que l’on veut dire ? Nous allons tout vous expliquer ci-dessous 👇👇👇

Les bébés ne naissent plus dans les choux

Aux débuts d’Instagram et de Youtube, les utilisateurs postaient des photos et des vidéos de leur passion ou de leur quotidien. Puis cela s’est développé en devenant un peu plus ciblé et certains profils ont commencé à ressortir. Les marques ont alors gagné en visibilité grâce aux instagrameuses/youtubeuses mode et beauté qui publient du contenu de qualité en parlant de la marque, en donnant leur avis. Les marques ont alors compris comment faire de la publicité facilement sur les réseaux et gagner rapidement en notoriété. En contactant ces filles pour leur proposer de tester gratuitement des produits de la marque.

Aujourd’hui, Instagram et Youtube sont des réseaux de publicité plus ou moins caché, même si certains compte restent authentiques. Alors, des entrepreneurs ou start’up lancent leur produit grâce aux collaborations sur les réseaux. En passant uniquement par des « influenceurs » pour se faire connaître et la stratégie de communication hors social media est développée seulement après. C’est le cas de nombreuses marques comme Feed (alimentation saine), Rosefield (montres et bijoux), Cheerz (impression de photo) etc. Nous pouvons presque dire qu’Instagram et Youtube sont des vitrines en ligne et une opportunité de lancement des marque.

Un plan à 3 en un clic

Pour aider dans les relations marques/ »influenceurs », des plateformes ont vu le jour comme Hivency, Octoly, Influens, etc. A quoi servent-elles ? Tout simplement, elles sont l’intermédiaire entre la marque et l’influenceur visé (sachant qu’il peut en avoir plusieurs). Bien que se soit un réel avantage de bénéficier de la notoriété des personnes connues sur les réseaux sociaux, les marques ont du mal à se lancer dans cette technique de communication peu habituée à la faire en ligne.

C’est là que les plateformes entrent en jeu, contactées par les marques pour établir une stratégie de communication. Ensuite, la plateforme se contente de contacter un ou plusieurs influenceurs proposant du contenu en adéquation avec le produit. Et le tour est joué ! Rien de plus simple ? Pourtant cela peut l’être encore plus, certaines plateformes, telle que Octoly, proposent les produits à recevoir sur son site avec les conditions pour pouvoir les recevoir et les influenceurs, ayant un certain nombre d’abonnés, n’ont plus qu’à s’inscrire pour participer à la campagne de communication.

WTF ! 40 teintes de fond de teint 

Mais dans cette relation idyllique, certaines ombres commencent à apparaître, les « influenceurs » tapent du poing sur la table en déclarant qu’ils ne sont pas des objets marketing. En fait, les marques ou les plateformes font de l’abus en envoyant des tonnes de produits. Exemple avec Enjoypheonix qui dénonce Too Faced (marque de cosmétiques) à cause des 40 teintes de fond de teint qu’elle a reçu alors qu’elle ne peut pas toutes les tester.

De plus, elles dénoncent le fait que les envois ne sont pas personnalisés en fonction de la personne qui les reçoit et que les colis sont envoyés sans demander leur avis au préalable alors qu’elles ne sont pas intéressées par le produit. Elles déplorent aussi le fait que les services de communication se transmettent leurs adresses sans leur accord ce qui ne respecte pas leur vie privée. Enfin, Horia, Youtubeuse, critique les marques et les plateformes et indique qu’au départ tout cela n’était fait que par passion et qu’aujourd’hui elles cherchent a dominer les réseaux sociaux pour réaliser du chiffre d’affaires, oubliant qu’elles ont affaire à des personnes derrière leur écran. De plus en plus d’influenceurs rejoignent cet avis et refusent toute collaboration.Sur le net, tout va très vite, alors assistons-nous à la fin de « l’ère de la publicité par les réseaux sociaux » ?

Enjoyphoenix arrête les collaborations avec les marques
Horia et son coup de gueule aux marques vis à vis des collaborations